Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘DSK’

Read Full Post »

La Une du Nouvel observateur : « Ils ont tout » et l’editorial de Laurent Joffrin,  nous montre à quel point Jean Luc Mélenchon, populiste notoire et anti-journaliste primaire, sévit également dans la perfidie, allant jusqu’à s’adonner à l’entrisme au sein des rédactions… Mais alors, notre démocratie est en danger !

Voyez plutôt…

(suite…)

Read Full Post »

Le tribunal des condamné d’avance appelle à la barre, Monsieur Dominique Strauss Kahn… Daniel Mermet et ses invités reconstruisent ces tribunaux de papier das son émission Là-bas si j’y suis sur France Inter, digne du tribunal des flagrants délire, à l’époque animés par Pierre Desproges entre autres.

A retrouver ici (Partie 1) et là (Partie 2)

D.S.-K. C’EST EXQUIS ! Pourtant, une poignée d’extrémistes poursuit notre futur président devant le Tribunal des condamnés d’avance.
Mais de quoi notre exquis futur-Président peut-il bien être accusé ?

C’est ce que vous apprendrez bientôt, à l’appel des AMG de Là-bas si j’y suis, les amis de Fakir, l’AL (association Lancry) et le CVMV (Cercle vélocipédiste marxiste de Vincennes).

Avec le Président du Tribunal : Daniel Mermet, le Procureur : Gérard Mordillat, le Producteur stagiaire : François Rufin et l’Avocat de la défense : Christophe Clerc.

Et des témoins et experts : Frederic Lordon, Bertrand Rothé, Odile Conseil, Anaëlle Verzaux, Gérard Filoche, Frederic Pagès, Philippe Cohen, etc.

Défendons la gauche de droite !

Pas de suspense, l’accusé sera condamné à errer dans Athènes avec une pancarte : « LE FMI C’EST MOI ! »

Read Full Post »

cliquez pour agrandir

Je reproduit ci-contre un article de slate.fr, également reproduit sur Memoire des Luttes le 11 mars 2011

C’est « une coïncidence qui tombe mal » : dans un article de son édition du mercredi 9 mars, Le Canard enchaîné relate l’existence d’un rapport positif du Fonds monétaire international (FMI) sur la situation économique de la Libye, publié le 15 février sur le site de l’institution, six jours après le début des émeutes à Benghazi.

Un document « bourré comme il se doit de données chiffrées et de statistiques » mais surtout « surréaliste », selon l’hebdomadaire satirique, puisqu’il « ne cesse de féliciter le colonel Kadhafi et son gouvernement pour la qualité de leur gestion budgétaire et pour les réformes déjà entreprises », notamment grâce à la manne issue de la hausse des cours du pétrole. Et ne profère à l’adresse du régime qu’un seul conseil (« favoriser l’emploi des jeunes ») et un seul reproche (« ne pas privatiser assez vite les banques et le marché local des capitaux »).

Ce lièvre avait déjà été levé auparavant à l’étranger. Le 3 mars, le blog The Economic Populistconsacrait un post à cette « erreur embarrassante » et citait des rapports positifs du FMI sur la Tunisie ou l’Egypte avant les révolutions dans ces pays, ainsi que l’aide substantielle apportée dans le passé à d’autres dictatures. Quelques jours plus tard, le même blog rapportait les propos d’un cadre du FMI, Masoof Ahmed, affirmant sur une radio américaine que le FMI n’avait pas à dire à un pays comment il devait être gouverné mais que la « soutenabilité » de ses projets dépendait grandement de la façon dont les bénéfices en étaient répartis dans la population.

Fin février, le site Reuters Breakingviews consacrait également une chronique à ce sujet et notait ironiquement que « la mission du fonds à Tripoli avait apparemment oublié de vérifier si l’agenda de réformes “ambitieux” était fondé d’une manière ou d’une autre sur un soutien populaire ».

Au-delà du fonctionnement du FMI en lui-même, cette affaire de rapport a bien entendu une résonance particulière en France, toute entière résumée dans la chute de l’article du Canard enchaîné :

« Ses conclusions ont été transmises aux autorités libyennes après avoir été résumées (“summarizes”) par le managing director du FMI. C’est-à-dire, en bon français, par son directeur général, un certain Dominique Strauss-Kahn. »

En novembre 2008, ce dernier s’était rendu en Libye pour participer à une conférence sur l’intégration économique du Maghreb et avait rencontré Mouammar Kadhafi. A l’issue de ce déplacement, il avait pointé les « réformes ambitieuses des dernières années » avant de conclure :

« Nos entretiens m’ont convaincu que le programme de réforme de la Libye continuera à un rythme soutenu dans le but de réaliser une croissance encore plus élevée et d’améliorer le niveau de vie de la population. »


Source : http://www.slate.fr/lien/35243/fmi-libye-rapport-kadhafi-dsk

Ce genre de vérités devrait amener un certains nombre de sympathisants du Parti Socialiste à y reflechir à deux fois avant d’aller choisir DSK comme futur candidat pour les présidentielles. Car au contraire de ce que l’on entend régulièrement, c’est cette décision qui ferait perdre la gauche pour aujourd’hui mais aussi pour demain, et non la présence d’autre candidat de l’autre gauche.


Read Full Post »